Alfredo Benoît MOLET

 
 

 MUSEOUSINAMOLET  
2010 (5ème anniversaire du musée)

N°9 
    
buenos aires  9 mai1916         
      mon cher neveu         
                                                                                                        
          j ai bien recu ton affectueuse du 5 mars qui mest parvenu avec passablement de retard et j espere que tu as mon anterieur du 2avril j ai ete tres heureux des bonnes nouvelles que tu me communique sur la sante de tes parents quant a leurs ennuies et pertes causees par les boches on se consolera comme tu le dis en travaillant apres la victoire    comme elle est longue a venir cette victoire et ce quelle va nous couter encore d existances precieuses     les boches devant verdun malgre leurs pertes epouvantables se cramponnent et lancent de nouveaux effectifs renforces se brisent contre la resistancefrancaise     les telegrammes d hier annoncent l accumulation de 700000 teutons avec des masses d artilleries et de munitions  ils auraient annonce non seulement des "305  380 et des 420 mais un nouveau modele de500 millim pouvons nous resister a cet effort desespereou ils ont a nouveau sacrifier sans compter  leur materiel humain    ayons confiance cependant        j ai recu hier une lettre de francois avec trois lignes biffees par la censure il me dis ce qui est essentiel qu il est toujours en bonne sante mais qu el grave secret sur les operations strategiques avait il bien pu me marquer dans ses lignes que l impitoyable censure a enseveli sousune couche de noir impenetrable       bien que faisant partie de la reserve francois a vu pleuvoir lesoo obus et tomber de ses camarades a cote de lui esperons la chance continuera a l accompagner ainsi que toi mon cher eugene j aurais tant et de si vifs desirs de vous revoir ainsi que mon frere gustave ta mere et autres parents je reverrais aussi bien volontier notre cousin nestor si gentil pour vous et ferais avec le plus grand plaisir la connaissance de sa famille que tu me depeins si aimable presente leur a l occasion mes salutations bien affectueuses       comme consequence de la guerre les affaires continuent dans le marasme absolu  les gens d ici n ont pas l etoffe des nord americains et nos gouvernants n en ont ni l intelligence ni l energie  aussi tandisque lzsyankies profitent de la guerre voient affluer chez eux des montagnes d or ici ont s est croiseles bras et sauf quelques privilegiespossesseurs debetails et de cheveaux  quelques societes dont les affaires sont liees a l exportation de ces animaux etquelques rares industriels dedies a la fabrication de lainages cuirs travailles  etc en dehors de ces exceptions toute la masse de la population   y compris ton oncle   tire le diable par la queue des bruits de revolution plus ou moins fondes qui ont courru ces jours ci au sujet d un parti politique mecontent ne sont pas fait pour arranger la situation    je suis tres oblige au cousin nestor de ses offres de service et l en remercie sincerement et j ai pris bonne note de son adresse pour le cas ou j irais en france dans notre belle france si chere et donc je regrette d etre eloigne      j ai l espoir que tu ne me laisseras pas lontemps sans tes nouvelles et j attends prochainement une autre lettre de toi m annoncant la continuation de ta chance a la guerre et de ta belle et bonne sante et dans cet espoir recois mon cher eugene la cordiale embrassade de ton oncle toujours affectueux           
                                                 a molet                 
*     p s   ma lettre ecrite et au moment meme de la mettre sous enveloppe je recois tes cartes du  27mars que je lis et considere avec le plus vif plaisir  prochainement je t enverrai un mot a ce sujet                     
     a molet



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement