Alfredo Benoît MOLET

 
 


N°8  
        
   buenos  aires             
a mon cher neveu  eugene   au  103 é  regiment d artillerie   secteur 102    
                           depuis ta lettre datee du 14 janvier et recu le 16 fevrier je n ai plus tes nouvelles directes j ai su par francois qui ma ecrit posterieurement que tu etais toujours en bonne sante tu me disais dans ta lettre que francois est plus expose que toi et quand tu m ecrivais cela la grande attaque contre verdun n etais pas commencee mais depuis     je ne lis pas sans fremir les telegrammes nous apportant les details des horribles carnages des violents bombardements qui bouleversent tout   fort abris et tranchees dans toutes la region de verdun et parmi les endroits cites un nom me frappe tout particulierement     les bois bourrus  parage ou je sais que se trouve notre cher francois       c est comme pour toi quand tu etais a notre dame de lorette pendant la grande affaire autour de cette position je ne donnerai aujourdhui aucun detail sur notre situation ici elle est plus triste que jamais et puis tu avoir assez detes propres peines et ennuis       d ailleurs il est presque l heure ou ferme le courrier qui doit partir demain et je veux que la presente te parvienne en meme yemps quecelle que j ecris a francois pourvu que quelque sous marin boche ne torpille pas ce rosarina qui demain matin     je serai moins breve dans ma prochaine      et j espere alors avoir a repondre a quelques de tes bonnes lettres              dans cette attente recois mon cher neveu une embrassade bien cordiale de ton oncle affectueux        a molet                                      
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement