Alfredo Benoît MOLET

 
 


N°4

BUESNOS AIRES    15   MAI     1915     

      MON CHER EUGENE                                                                                  

       JE VIENS DE RECEVOIR TON AFFECTUEUSEDU 10 AVRIL EN MEME TEMPS QU UNE DE FRANCOIS OU TRANSPIRE UN GROS CHAGRIN PRESQUE DU DECOURAGEMENT PROVOQUE SANS NUL DOUTE PAR SON LONG ELOIGNEMENT DE LA FAMILLE ET LE MANQUE DE NOUVELLESDIRECTES JE LUI ECRIS PAR LE MEME COURRIER AINSI QU A MARIE DONT JE N AI PAS ENCORE RECU LA REPONSE A MA LETTRE DU 14 MARS JE VAIS AUSSI ECRIRE A TON PERE DONT PAS PLUS QUE TOI JE N AI AUCUNE NOUVELLE ET TE TRANSMETTRAI CE QU IL ME DIRA SI MA LETTRE LUI PARVIENT ET SI LES BOCHES LAISSENT PASSER LA SIENNE MAIS JE PARTAGE TON ESPOIR QUE LES BARBARES NE RECOLTERONT PASLE BLE QU ILS ONT FAIT SEMER CHEZ VOUS ET LES NOUVELLES TELEGRAPHIQUES DE CES JOURS CI BIEN FAITES POUR CONFIRMER NOTRE ESPOIR JE SUIS HEUREUX DE TE SAVOIR BIEN PORTANT JE PENSE QUE TA GRIPPE A ETE UN INCIDENT PASSAGER ET DABS D AUSSI BONNES DISPOSITIOPNS D ESPRIT ET DE COURAGE AU MILIEU DU GRAVE DANGER OU TU EST EXPOSE ET J ATTENDS AVEC IMPATIENCE ET ANXIETE D AUTRES NOUVELLES DE TA MAIN CI JOINT UN FRAGMENT DE NOTRE JOURNAL FRANCAIS D ICI QUE JE LISAIS AU MOMENT ME ME OU J AI RECU TA LETTRE JAI PENSE QU IL VOUS INTERESSERAIT ET JEN AI ENVOYE UN EXEMPLAIRE A FRANCOIS  JE NE TE PARLE PAS DE MOI NI DE MES AFFAIRES AUJOURDHUI  CAR L HEURE DU COURRIER  ITALIEN ME PRESSE  JE T ENVOIE MES MEILLEURS SOUVENIRS ET UNE CORDIALE EMBRASSADE DETON ONCLE AFFECTUEUX      

       A MOLET           
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement